Les coquines françaises se masturbent nue en direct de leur webcam

Je taquine un ami et on me donne une leçon

J'avais 40 ans, je me maintenais en forme en jouant au netball, des seins de 90cet j'ai longtemps été une allumeuse, mon mari était dans l'armée quand nous nous sommes rencontrés et mariés.  Nous avons maintenant deux fils, tous les deux adultes. Pendant notre mariage, j'ai beaucoup triché et je me suis fait prendre presque à chaque fois. Mais je savais qu'après la deuxième fois, il me reprendrait toujours. Cela a duré 20 ans avant que nous ne divorcions.  

A cette occasion, nous venions de quitter l'armée et mon mari était tombé sur un vieil ami très proche qui s'appelait Charlie. Il avait prévu que nous allions tous les trois déjeuner au pub dans la lande. Maintenant, je n'ai jamais vraiment aimé Charlie parce que parfois il peut être agaçant pour moi.  Lors d'une de mes ruptures, j'ai quitté l'Allemagne et je suis allée vivre avec Charlie et sa petite amie à Exeter pendant environ deux mois. 

Il a commencé à m'ennuyer en téléphonant continuellement à mon mari pour lui dire ce que je faisais. C'est là qu'au bout de deux semaines environ, j'ai décidé de lui donner une leçon ! Ainsi, à chaque fois que sa petite amie travaillait et qu'il était seul à la maison avec moi, je commençais à le montrer du doigt ou à le taquiner délibérément.  Je sortais de ma chambre avec ma robe de chambre ouverte quand je savais qu'il était dans le couloir, et 
Je faisais semblant de faire le cordon en m'assurant qu'il avait un bon œil sur ma culotte et mon soutien-gorge. Cela a progressé 
sur la même chose mais en étant nu. Je la laissais ouverte plus longtemps en faisant semblant de ne pas remarquer qu'il était là.

J'installais souvent la table à repasser dans le salon lorsqu'il regardait la télévision en m'assurant que mon dos était tourné vers lui et je plaçais le panier de lavage rempli de linge à repasser le plus près possible de lui. Je mettais ensuite ma jupe de netball et mon haut ample sans soutien-gorge et un string que je remontais entre mes lèvres de chatte. Puis, pendant les deux heures suivantes, je faisais lentement le repassage.  Je me séparais les jambes et je me penchais à la taille pour chercher dans le panier de repassage en m'assurant de prendre mon temps. Ma chatte, qui était clairement visible pour lui, ne devait pas être à plus de deux pieds de lui, pour qu'il ait une vue très claire.  

À mi-chemin, je lui demandais s'il voulait une tasse de thé ? Il me répondait toujours oui, ce qui me permettait de voir l'impact que j'avais sur lui. Je revenais, je posais son thé sur la table basse et je regardais bien la zone de son aine.  Chaque fois que je voyais sa, et je déteste dire cette très très grosse bite serrée contre la jambe de son jean et presque toujours avec une tache humide croissante au bout de sa bite.

Il lui arrivait de sauter et de disparaître rapidement à l'étage, dans sa chambre ou dans les toilettes, puis de revenir 5 minutes plus tard avec un regard rouge.

Le jour de notre sortie dans la lande, il faisait très chaud et ensoleillé, je portais donc un vieux short décolleté et un débardeur sans sous-vêtements, juste pour le taquiner encore plus. Nous sommes arrivés à ce joli pub tranquille et sommes allés dans le jardin à bière. Les tables étaient basses et les bancs étaient hauts, heureusement pour moi.
Charlie s'est assis et je me suis rapidement positionnée juste en face, mon mari a disparu pour aller chercher les boissons, alors j'ai décidé d'en profiter pleinement tout de suite. J'ai commencé à discuter avec Charlie et j'ai lentement commencé à ouvrir mes jambes. Il a dû mettre une dizaine de secondes avant de s'en apercevoir et son regard était fixé sur ma chatte. 

Lorsque mon mari est revenu, j'ai rapidement fermé mes jambes jusqu'à ce qu'il soit assis à côté de moi, puis je les ai ouvertes encore plus largement. Charlie ne semblait pas se soucier du fait que nous pouvions tous les deux le voir regarder ma chatte. Lorsque mon mari a parlé à Charlie et qu'il l'a regardé, j'en ai profité pour regarder la bite de Charlies qui, une fois de plus, m'a semblé massive et très dure. J'ai regardé Charlie droit dans les yeux, j'ai ouvert les jambes plus loin et je lui ai souri. 

Nous avons fini notre repas puis nous avons décidé de rouler juste en bas de la route jusqu'à un ancien aérodrome qui était entouré d'un banc d'herbe d'environ deux pieds de haut, mais vous pouviez vous y allonger et vous détendre. Il y avait une camionnette de glaces, alors j'ai envoyé mon mari chercher trois glaces.  Cela m'a permis de me positionner sur la berge, je me suis allongée avec une jambe sur la berge, le genou levé, l'autre sur le sol, les jambes bien écartées. Charlie s'est immédiatement assis à mes pieds et mon mari s'est assis à ma tête, ce qui m'a permis de la poser sur sa cuisse.

Les yeux de Charlies étaient presque ouverts sur les tiges ; il était à moins d'un pied de ma chatte complètement exposée. Je lui ai alors demandé si je pouvais reposer ma jambe sur la sienne, ce qu'il a accepté immédiatement. Il a posé sa main sur mon genou et je lui ai suggéré de la frotter parce qu'elle lui faisait mal depuis l'entraînement au netball. Il était là comme un éclair, il a frotté lentement sur mon genou puis sur le haut de ma cuisse.  Il a commencé à bouger de plus en plus haut, puis il a commencé à passer sous mon short et très près de ma chatte. Mon mari a alors commencé à prendre conscience de ce qui se passait et a suggéré de mettre fin à cette journée. Charlie et moi avons presque simultanément dit non, c'est une belle journée, restons ici un peu plus longtemps.

Charlie a commencé à devenir de plus en plus courageux jusqu'à ce que je sente soudain un de ses doigts toucher ma chatte ; j'ai alors émis un petit tortillement que mon mari a remarqué, ce qui l'a incité à nouveau à dire "allons-y" mais nous avons tous les deux dit "tais-toi".
J'ai soudain commencé à être excitée, ce qui me mouillait la chatte. Je ne pouvais pas comprendre parce que je n'aimais pas vraiment Charlie, mais je n'arrivais pas à me débarrasser de la vue de ce qui semblait être une énorme bite dans le jean de Charlie que j'avais vu plus tôt.  Puis ça a commencé, Charlie me touchait à chaque fois que je me frottais la cuisse.  Puis il a mis sa main dans mon short et a commencé à explorer ma chatte avec ses doigts. Il a ensuite touché mon clito, j'ai poussé un gémissement étouffé mais on pouvait l'entendre. Personne n'a semblé dire quoi que ce soit, pourquoi mon mari ne fait-il rien pour arrêter cela ? 


Charlie a alors commencé à me frotter le clitoris ; j'étais de plus en plus mouillée et je me suis retrouvée à ouvrir mes jambes plus largement. Charlie a alors déplacé ses doigts le long de ma chatte et a lentement commencé à enfoncer deux doigts en moi. Ils sont entrés en moi jusqu'à ses articulations.  Il a alors ouvertement et à la vue de mon mari commencé à faire entrer et sortir lentement ses doigts de ma chatte maintenant très mouillée. J'ai commencé à gémir, puis soudain mon mari a dit que nous devions repartir maintenant, nous avons tous les deux dit non et il n'a rien fait. Charlie a commencé à entrer et sortir de moi de plus en plus vite, puis il a enfoncé un autre doigt, je pouvais le sentir jouir, mais je me suis dit que non, ce n'est pas possible, mon mari ne va sûrement pas le laisser m'amener à l'orgasme ? On pouvait maintenant entendre des bruits de gargouillement lorsque le doigt de Charlie entrait et sortait de ma chatte trempée, il allait de plus en plus vite. Puis, soudain, mon mari s'est levé et a dit que nous allions. Charlie a retiré ses doigts du plus profond de mon corps, mon mari marchait vers la voiture. Charlie m'a regardée et m'a dit brusquement "Ouvre ta bouche, salope !" J'ai fait ce qu'il a dit, puis il a mis ses doigts mouillés dans ma bouche et m'a ordonné de les nettoyer. J'ai été choquée et j'ai hésité une seconde, puis il a dit maintenant salope, alors j'ai sucé le jus de mes propres doigts d'amour.

Nous nous sommes levés tous les deux et nous sommes allés à la voiture, mon mari avait déjà le moteur en marche, alors je suis allée devant avec lui, mais Charlie m'a aboyé dessus et m'a dit "tu es à l'arrière avec moi, salope". Pourquoi mon mari ne mettait-il pas un terme à tout ça ? Je suis montée à l'arrière et avant que j'aie pu fermer la porte, la voiture était en mouvement. C'était un voyage de trente minutes pour rentrer à la maison et je me suis dit que ce serait bientôt fini. Mais dès qu'on a commencé à bouger, Charlie était sur moi, une main est passée directement sous mon haut, sur mes seins, et l'autre sur ma chatte mouillée. Il serrait mes nichons, puis il est passé sur mes mamelons ; il a fallu environ deux secondes pour qu'ils deviennent durs comme de la pierre. Il a ensuite repoussé ses trois doigts à l'intérieur de moi, reprenant là où il s'était arrêté.  Puis, avec horreur, il m'a regardé dans les yeux et a posé ses lèvres sur les miennes, sa langue s'est enfoncée profondément dans ma bouche ; nos langues se sont touchées et c'était comme un choc électrique.  

Il a sucé ma langue, serré mes tétons tout en enfonçant ces doigts au plus profond de moi. J'allais jouir ! J'ai essayé de m'arrêter, mais en même temps je me suis retrouvée à ouvrir les jambes en grand et à pousser les hanches en avant, qu'est-ce que je faisais ? Ce qui avait commencé comme une taquinerie était maintenant vraiment incontrôlable. Mon mari conduisait comme un con, il ne pouvait pas aller plus vite. Puis, soudain, nous avons dérapé et notre conduite s'est arrêtée. Mon mari m'a dit que j'allais déposer Charlie à la maison, mais Charlie a répondu que Jackie ne voulait pas que je vienne boire un verre. Il m'a serré le téton très fort et m'a murmuré à l'oreille "Ne te plains pas". J'ai dit d'une voix tendue : "Allons chercher un verre pour Charlie". Il m'a alors murmuré "wise move tease", maintenant c'est mon tour.

Nous sommes allés directement dans le salon. Je me suis assise sur le canapé que mon mari m'a demandé ce que nous voulions boire, puis il a disparu pour les faire. Charlie s'est assis à côté de moi et a commencé tout droit là où il s'était arrêté. Mon mari est revenu avec les boissons, les a posées sur la table et est resté debout à nous regarder. Charlie s'est levé et a ordonné à mon mari d'asseoir une montre dans le coin. Et à ma grande surprise, il a fait exactement ce qu'on lui avait dit.

Charlie s'est assis et a recommencé à me regarder, mais cette fois, tout était plus lent et plus délibéré. Il a défait les boutons de mon short et les a délicatement enlevés, puis il est venu me remettre le débardeur. J'étais maintenant complètement nue, assise à côté d'un type que j'avais taquiné pour une blague.  Il a baissé la tête et a commencé à me lécher les seins puis à me sucer les tétons, puis il s'est approché de mes lèvres et m'a embrassé passionnément, j'étais en pâte dans ses mains et j'ai répondu en suçant sa langue, il a pris ma main et l'a posée sur sa jambe puis l'a déplacée sur sa bite. J'ai suivi sa forme jusqu'à sa jambe, non, elle ne pouvait pas être si grande. Charlie s'est alors agenouillé devant moi, sa tête a baissé vers ma chatte trempée, puis je l'ai sentie, sa langue, directement sur mon clito ; il a léché ma chatte sur toute sa longueur puis il a donné trois ou quatre coups de langue à mon clito, jusqu'à ce que, trop tard, il arrive comme un train hors de contrôle ; mes hanches ont quitté le canapé ; j'ai attrapé l'arrière de la tête de Charlie et je l'ai poussé fort sur ma chatte et j'ai crié fort Charlie ! Oui, oui, oui, oui. Jamais auparavant je n'avais eu un orgasme aussi intense et aussi long.

J'ai regardé mon mari qui était juste assis en train de regarder, Charlie s'est alors levé et a dit à mon mari que c'est comme ça qu'on fait jouir une femme. Mon mari a baissé la tête de honte. 


Charlie lui a alors dit de me regarder, il a obéi. Charlie a défait son jean et l'a laissé tomber par terre, les yeux de mon mari se sont ouverts et sa bouche s'est ouverte. J'ai ensuite regardé, Charlie portait une paire de pantalons moulants, mais ma bouche s'est ouverte car le contour de la bite de Charlie était clair. Il m'a regardée et m'a ordonné de les tirer vers le bas.  Il a ordonné que mes mains tremblent alors que je descendais lentement son pantalon.

Lentement, ils sont descendus alors que je luttais pour l'amener au bout de sa queue qui éclatait pour sortir, puis boum. C'était gratuit, je n'avais jamais rien vu de tel auparavant. Elle a jailli et pointait droit devant. La première chose, c'était sa longueur, je pensais qu'elle était de 12 pouces, même si elle pouvait être plus longue, mais c'était son épaisseur, disons aussi épaisse qu'une boîte de déodécant, puis elle avait une énorme tête en forme de champignon. Et à la fin, il dégoulinait de précum. 

Charlie a alors regardé mon mari et m'a dit : "Quand j'aurai fini aujourd'hui, ta femme sera ma chienne à avoir quand je veux et tu ne peux pas tout faire pour ça. Ensuite, vous comprenez ? Mon mari a alors baissé la tête et a dit oui, Charlie. Charlie a alors crié : "Non ! Ce que tu veux dire c'est oui maître, compris ? Et mon mari a répondu oui, maître.

Charlie s'est approché de moi et a crié tout haut, je me suis dit qu'il n'y avait pas moyen que j'aie ça dans la bouche. Il m'a alors dit de faire exactement ce que je te dis. Il a poussé son énorme tête de champignon jusqu'à mes lèvres, puis il a lentement poussé à l'intérieur. Ma bouche était à son maximum, il a poussé à l'intérieur de ma mâchoire était au point de rupture. Puis la tête était à l'intérieur, il m'a ordonné de lécher, j'ai fait ce qu'on m'a dit. Il s'est enfoncé plus profondément, j'ai commencé à avoir des haut-le-coeur, il m'a ordonné de respirer par le nez, ce que j'ai fait. Mon bâillon s'est légèrement calmé, il m'a dit de tirer la langue sous ma queue, ce que j'ai fait. Il a continué à pousser, mais je n'avais que 5 cm de sa queue dans la bouche. Il m'a poussé d'un centimètre, j'ai eu des haut-le-coeur, il a reculé légèrement, et il a continué à enfoncer sa bite dans le fond de ma gorge, centimètre par centimètre. Puis il s'est retiré, il m'a alors dit de prendre une grande respiration, ce que j'ai fait ; il a ensuite rapidement enfoncé la moitié de sa bite dans ma gorge et l'a maintenue. Puis il l'a retirée à nouveau et m'a dit de prendre une autre grande respiration, cette fois-ci il a poussé à moitié, puis il a reculé de deux pouces et puis il a avancé dans un putain de mouvement. Il a fait ça pendant environ 30 secondes puis il a reculé. J'étais capable de respirer par le nez et j'avais arrêté de bâillonner. Puis de nouveau la même chose. Cette fois, il a baisé plus longtemps. J'avais mal à la mâchoire, ma chatte était trempée et mon mari était silencieux.

Puis il m'a ordonné de respirer très profondément, mes yeux étaient larmoyants, puis il est revenu et a recommencé à baiser lentement au début, puis plus vite, puis sans prévenir, il a poussé fort jusqu'à ce que toute sa longueur soit enfoncée dans ma gorge, je bâillonnais, il ne s'en souciait pas, il a grogné massivement et j'ai pu faire tomber son sperme en frappant profondément dans ma gorge, il a ensuite sorti de ma bouche et soudain mon visage était couvert de sa graine chaude. Il m'a ensuite retiré de la bouche et, soudain, mon visage s'est couvert de sa graine chaude. 

J'ai ouvert les yeux du mieux que j'ai pu et là, devant moi, se trouvait la bite massive de Charlie, toujours aussi dure comme le roc. Le sperme coulait du bout. Il s'est assis à côté de moi. Je me suis dit que sa bite allait se réduire à rien et que l'épreuve serait terminée. Mais elle est restée dure comme de la pierre, pointant vers le plafond. 

Puis le plus grand choc est arrivé, Charlie a crié à mon mari : "Ne reste pas assis là, viens ici. Il s'est levé et s'est affaissé vers moi. Charlie lui a ordonné de se mettre à genoux et lui a demandé de lécher chaque goutte de sperme sur mon visage. J'ai fermé les yeux, mais Charlie m'a ordonné de les ouvrir et de regarder mon mari, il a commencé, lèche par lèche, à boire tout le sperme de Charlie. Jusqu'à ce que mon visage soit propre. C'est assez que Charlie ait aboyé, maintenant viens ici. Non, je pensais qu'il n'y avait pas moyen qu'il fasse ça. Charlie s'est mis devant le visage de mon mari et a dit, a crié "nettoyez ma bite salope". Mon mari a baissé la tête et a commencé à lécher lentement la bite de Charlie, Charlie a alors aboyé et a fait un bon travail sur ma tête, suivi par une salope ouverte, et a consciencieusement poussé son énorme tête de champignon dans sa bouche. Allez, il m'a dit de le lécher proprement.

Une fois que Charlie était satisfait de la propreté de sa bite, il lui a ordonné de retourner dans le coin. C'était à mon tour, j'étais trempée parce que, bizarrement, voir mon mari nettoyer le jus de notre amour sur sa bite me rendait encore plus humide.
Charlie a fait passer sa bite entre mes jambes à un état dur et rigide. Charlie m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit que c'est là que tu deviens ma salope esclave. 

Il a avancé d'un pas lent, je sentais sa bite se presser contre mon entrée, mes yeux étaient fermés, il m'a ordonné de les ouvrir et de le regarder. Il a commencé à m'enfoncer son énorme tête de champignon épaisse ; c'était h

Lentement, il est entré à l'intérieur, il y avait de la douleur. Une douleur que je n'avais pas ressentie depuis la naissance de mon enfant. Puis la tête est entrée en moi et j'ai immédiatement eu un orgasme massif, vague après vague, j'étais au paradis. J'ai crié "Charlie, baise moi fort", d'où ça venait ? il m'a poussé petit à petit, personne n'avait jamais été aussi profond en moi, jusqu'à ce que je sente ses cuisses toucher les miennes. Il est sorti, mais avant qu'il ne se soit complètement retiré, j'ai eu un autre orgasme massif. Charlie a ri et a dit à mon mari : "Je t'avais dit qu'elle serait ma chienne.
Je l'ai regardé et il avait l'air de se frotter la bite. Puis Charlie a commencé à se retirer complètement puis à se pousser jusqu'à l'intérieur. Deux coups de fauche et encore une fois, je jouissais. Je n'avais jamais eu que deux orgasmes avec des amants précédents ; sachez qu'ici il était une personne que je détestais déjà en donner quatre. 

Charlie s'est accéléré et en chemin, j'ai eu trois autres orgasmes. Ses cuisses se sont cognées contre les miennes, puis d'un seul coup, Charlie a poussé un grognement familier et j'ai pu le faire tomber en me pompant. Puis il a soudain sorti cette énorme bite et a continué à éjaculer, giclée après giclée, sur toute ma chatte . Il m'a alors ordonné de fermer les jambes. Il est retourné à son siège et sa bite était encore rigide et dure, il a alors de nouveau convoqué mon mari.

Il lui a ordonné de s'allonger sur le sol, ce qu'il a fait, puis m'a dit de m'accroupir au-dessus de sa tête et de tenir mes lèvres de chatte fermées avec ma main, je me suis accroupie au-dessus de sa tête, il a alors dit à mon mari que dorénavant c'est lui qui nettoierait. Il lui a dit d'ouvrir sa bouche et m'a ensuite ordonné de m'accroupir au-dessus de son visage et de tenir mes lèvres de chatte fermées, il m'a guidé vers sa bouche et m'a ensuite ordonné d'enlever ma main. Son sperme a jailli, il a dit à Tony de le boire entièrement, ce qu'il a fait, puis, lorsque j'étais vide, il m'a fait baisser ma chatte sur son visage et se déplacer d'avant en arrière en frottant ses gouttes de sperme sur tout son visage.

Je sais que Tony aimait probablement cela parce que je ne l'avais pas laissé me lécher la chatte depuis au moins deux ans...

Charlie nous a alors dit de nous asseoir tous les deux et nous a dit : "Je vais vous dire ce que je vais faire cette nuit" ......

Classé dans : Non classé